MEDUSA

« Célèbre par sa beauté, Méduse fut l’objet des vœux de mille prétendants, et la cause de leur rivalité jalouse ; parmi tous ses attraits, ce qui charmait surtout les regards, c’était sa chevelure ; j’ai connu des personnes qui m’ont assuré l’avoir vue. Le souverain des mers profana, dit-on, sa beauté dans un temple de Minerve. La fille de Jupiter détourna les yeux, couvrit de l’égide son chaste visage, et, pour ne pas laisser cet attentat impuni, elle changea les cheveux de la Gorgone en d’horribles serpents ; maintenant même, afin de frapper ses ennemis d’épouvante et d’horreur, elle porte sur l’égide qui couvre son sein les serpents qu’elle fit naître. »

Les Métamorphoses, Ovide, Ier siècle ap. JC. Traduction de Louis Puget, Th. Guiard, Chevriau et Fouquier, 1876.

/

La thématique Médusa, de par ses racines mythologiques et étymologiques, renvoie à de multiples univers, consonances, et champs inspirationnels, tous aussi riches que fertiles. 

 

Afin de mener ce projet, les étudiantes de 3ème année ont été accueillies par l’équipe de la Ressourcerie Le monde allant vers soutenue par la Région et l’AFDETImplantée à Eymoutiers, au cœur du Limousin, la Ressourcerie récolte bon nombre de meubles délaissés, d’accessoires abîmés et de textiles désuets… L’équipe se charge alors de réparer et de rapiécer ces objets destinés à la benne, afin que ces derniers puissent être remis en vente et trouver de heureux nouveaux propriétaires. L’équipe a ainsi à disposition des étudiantes un large choix d’objets, de matières et de matériaux qui ne demandaient qu’à être transformés et réinvestis. Pour les accompagner, les étudiantes ont bénéficié des conseils et de l’expertise de la costumière Gwendoline Bouget.

 

Cette impulsion créative s’est ainsi incarnée par l’élaboration et la fabrication d’une série de parures oniriques. Ces parures s’inscrivent dans une visée pédagogique et sensibilisante sur le thème des effets des déchets dangereux et les ravages des objets en plastiques sur l’environnement. L’enjeu était alors d’allier sens et prestance, en vue d’exposer ces différentes parures lors de diverses campagnes de sensibilisation. 

 

 

Workshop Nuno Silk

Les étudiants de 2ème année se sont essayés durant une journée à une nouvelle technique alliant laine et soie : le Nuno Silk.

 

Pour les accompagner dans ce nouvel apprentissage, les étudiants ont bénéficié de l’aide de Laurine Malengreau, fondatrice de la marque OOLMOO. Comme aime le préciser la créatrice, « Le mot nuno d’origine japonaise signifie étoffe. La technique du Nuno Silk mélange intimement laine et soie naturelles pour créer un textile non-tissé, tout en légèreté et transparence. Elle plonge ses racines dans le processus millénaire du feutrage provenant d’Asie centrale. Sa version actuelle est une branche peu connue de la famille du feutre, dont l’entrelacs des fibres a été peaufiné en Australie dans la dernière partie du XXe siècle. »

 

Workshop Vannerie

Pour débuter l’année scolaire, les étudiants des 3 niveaux de DNMADE Matériaux Textiles se sont réunis lors d’un workshop consacré à un savoir-faire bien spécifique, celui de la vannerie.

 

À cette occasion, les étudiants ont bénéficié de l’expertise et de l’accompagnement de Christine Vincent, vannière implantée en Touraine.

 

Durant une semaine, les étudiants ont ainsi pu découvrir les origines de la technique, les outils du vannier (serpette, sécateur…) et appréhender les différents points de base de ce savoir-faire ancestral (la torche, la super, la bordure…).

 

Le workshop s’est clôturé par une courte exposition des productions réalisées durant la semaine, au sein du bâtiment de l’Ancienne Mairie de La Souterraine.